Menu

CCI Paris Ile de France

Publié le 15 octobre 2020

Ouvrir ses horizons avec le Diplôme de français de la Santé

Vous pouvez passé le nouveau Diplôme du français de la Santé depuis septembre 2020. Complètement revu, il se veut au plus près de la réalité professionnelle et vous placera tout au long des épreuves dans la situation d’une personne travaillant dans le médical ou le paramédical.

Et ce n’est pas le Docteur Paolo Bellini qui nous contredira ! Orthodontiste et chirurgien implantaire italien, il est le premier candidat à avoir passé l’examen en Italie, à l’Alliance Française de Vicenza. Il nous partage ses impressions.

Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis le Docteur Paolo Bellini, je vis et pratique en Italie, je m’occupe d’orthodontie, de prothèses et de chirurgie implantaire.

J’ai commencé comme dentiste généraliste dans le bureau de mon père à Trévise en 2007, une petite ville près de Venise. Et puis je me suis spécialisé en orthodontie à l’Université de Cagliari en 2013.

J’ai dirigé et guidé mon cabinet dentaire jusqu’à l’année 2017 où j’ai alors décidé de ne faire que des consultations dans les autres centres dentaires.

Je me considère principalement comme un pur orthodontiste mais j’aime varier et j’aime la chirurgie et les prothèses. Parmi mes professeurs, je laisse la première place à mon père, le docteur Elvio Bellini, un disciple du docteur Ricckets comme moi.

La seconde place est dédiée au professeur Franco Bruno décédé il y a quelques années, ancien président de notre société d’orthodontie bioprogressive S.I.O.B. En troisième lieu, j’ai mis le Dr Giovanni Favero qui m’a appris à plonger dans le monde de la chirurgie implantaire.

Pour quelles raisons avez-vous passé un Diplôme de français de la Santé ?

J’ai décidé de préparer et de passer l’examen pour le Diplôme de Français Professionnel de la Santé car j’avais un poste très intéressant sur le territoire français à Paris.

Après l’arrivée de la pandémie de covid-19 et après la quarantaine, le centre dentaire où je travaillais ne me garantissait plus la possibilité de travailler 4 jours par semaine.

J’ai décidé d’ouvrir mes horizons à la France et grâce à une recruteuse, Anais Schlerett, j’ai eu l’occasion de rencontrer et d’être interviewé par M. Lellouce des centres dentaires Dentinov, avec qui je vais entamer une collaboration fructueuse et ambitieuse.

Je les ai choisis pour leur professionnalisme et la qualité de leur travail et de leurs relations avec les patients, ainsi que pour la haute technologie utilisée dans leurs cabinets dentaires.

Qu’avez-vous pensé de l’examen ?

Pour passer l’examen, je me suis adressé à l’Alliance Française de Vicenza, en Italie. J’ai trouvé du personnel qualifié et bien formé qui m’a présenté ce nouveau Diplôme de Français Professionnel.

Le contenu de l’examen s’est avéré substantiel et est dédié à la préparation et à la maîtrise linguistique du médecin professionnel et surtout du spécialiste, donnant au candidat la possibilité de communiquer dans un contexte réel.

De plus, j’ai trouvé dans l’examen, la réalité à laquelle nous sommes confrontés chaque jour dans notre pratique professionnelle.