Menu

CCI Paris Ile de France

Dans les coulisses avec Dominique

Publié le 4 novembre 2019

5 min avec Dominique, responsable du développement scientifique

 

► Qui es-tu et que fais-tu ?  

Je suis Dominique Casanova, responsable du développement scientifique au Français des affaires de la Chambre de commerce et d’industrie de région Paris Ile-de-France.

Mon département veille à la qualité métrique de nos outils d’évaluation (Test d’évaluation de français / TEF et Diplômes de français professionnel) et à l’intégration des nouvelles technologies au service de l’évaluation. Avec l’émulation actuelle autour de l’intelligence artificielle, les opportunités ne manquent pas !

 

► D’où viens-tu ?  

Je viens du monde de l’informatique et des mathématiques appliquées. D’où mon intérêt naturel pour les questions de mesure et l’usage (raisonné) de la technologie.

Je viens également du Maroc, que j’ai découvert en tant que coopérant du service national et où j’ai également dirigé pendant 6 ans les cours de langue à l’Institut français de Rabat. Le monde du français langue étrangère m’est donc familier.

 

► Quel est ton talent caché ?  

Là, il faudrait que je demande à un ami !

Peut-être mon goût pour l’écriture, que j’assouvis aujourd’hui par le biais de nos communications scientifiques.

Probablement ma capacité à parler la langue professionnelle de mes interlocuteurs : pédagogique, informatique, scientifique, sur la qualité… Je dois cela à l’éclectisme de mon parcours et sans doute à ma première expérience professionnelle où, pour les besoins d’un projet informatique, j’ai dû me plonger dans le lexique et la logique de la gestion des ressources humaines de l’administration.

 

► Pourquoi, selon toi, le français est-il une force ? 

Si je ne comprends pas quelqu’un qui parle ma langue, c’est que je méconnais sa représentation de la situation ou plus largement des règles qui régissent le monde dans lequel il évolue. Une culture partagée facilite la communication.

Parler la langue de l’autre, c’est disposer de clés supplémentaires pour appréhender sa représentation du monde, afin de mieux le comprendre et de communiquer plus efficacement avec lui (et souvent de manière plus apaisée). Dans nos sociétés internationalisées, c’est un atout majeur, voire une nécessité. 

 

Donec nec diam dolor venenatis, sit lectus ut