Menu

CCI Paris Ile de France

La parole aux experts

Publié le 2 octobre 2018

L’Intelligence Artificielle au service de l’évaluation des tests de français

Conscient des perspectives infinies qu’ouvre l’IA dans le traitement des langues, Le français des affaires souhaite explorer les possibilités qu’elle offre en matière de conception et d’évaluation des tests de français.

L’Intelligence Artificielle dans le domaine des langues : un sujet qui date des années 50 

En 1954, l’Université de Georgetown et IBM ont présenté une traduction entièrement automatique de plus de soixante phrases russes en anglais. C’était alors les prémices du célèbre Google Traduction. 

Aujourd’hui l’IA fait partie intégrante de notre quotidien dans le domaine des langues que ce soit pour l’apprentissage, la correction orthographique ou encore la traduction (Antidote, Acapela, Google Traduction etc.). 

On parle alors de TAL (Traitement Automatique des Langues /du Langage / des Langues Naturelles (TALN)), une discipline qui regroupe principalement la linguistique, la psychologie et l’informatique et qui appartient au domaine de l’Intelligence Artificielle.

L’IA en appui à l’évaluation du français des affaires 

Les développements de l’intelligence artificielle rendent possible l’automatisation ou le renforcement de certaines tâches dans le domaine de l’évaluation en langue. Beaucoup de travaux ont déjà été réalisés dans le domaine de la langue anglaise et d’autres pays, comme l’Allemagne, ont déjà fait des avancées significatives. En France, les travaux semblent être restés confinés à certains laboratoires, sur des problématiques scolaires.

Or le domaine de l’évaluation en langue pourrait largement bénéficier des techniques de traitement automatique des textes, et Le français des affaires souhaite tirer partie des opportunités offertes par les derniers développements de l’intelligence artificielle.

Il ne s’agit pas de remplacer l’humain dans l’évaluation, la communication en langue étant un acte éminemment social, mais de l’outiller davantage pour l’aider à prendre les bonnes décisions, éviter des erreurs liées à une trop grande subjectivité et gagner en efficacité.  

Le français des affaires n’entend pas se lancer toute seule dans cette aventure. Il cherche plutôt à mobiliser des ressources et des compétences autour d’un projet pouvant fédérer des acteurs universitaires, des entreprises innovantes et des acteurs de l’internet.

Pour en savoir plus sur le TAL : 

Universalis.fr

Wikipedia

Atala.org

Sources : 

Cursus.edu

Usine-digitale.fr

 

mattis felis quis, Phasellus risus. porta. neque. leo. commodo Praesent