Menu

CCI Paris Ile de France

Dans les coulisses avec Joëlle

Publié le 5 décembre 2019

5 min avec Joëlle, intervenante au Canada pour Le français des affaires

 

► Qui es-tu et que fais-tu ?  

Je suis Joëlle Imbert, intervenante au Canada pour Le français des affaires de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris Ile-de-France.

J’ai le plaisir de promouvoir les tests de français (TEF/TEFAQ) et les Diplômes de français professionnel, d’identifier et d’accompagner de nouveaux centres de passation quant à la mise en place et l’organisation de ces certifications.

Je fais également partie de la communauté des concepteurs/évaluateurs du Français des affaires : je suis en effet conceptrice d’items pour le TEF et les Diplômes de français professionnel et j’évalue des productions orales de candidats.

 

► D’où viens-tu ?  

Des études littéraires, l’apprentissage de langues (anglais, allemand et russe) m’ont ouvert la voie sur la connaissance d’autres cultures. Géographiquement, je viens de France même si je n’y habite plus depuis longtemps.

J’ai eu la chance de vivre en Espagne avant de traverser l’Atlantique pour m’installer au Canada (vieux rêve d’adolescente, les grands espaces m’ont toujours attirée !!) et plus précisément au Québec. À Montréal, je vis dans un quartier reconnu pour être une vitrine sur la planète, où 160 origines ethniques différentes se côtoient.

 

► Quel est ton talent caché ?

Je suppose qu’il est bien caché, je ne le connais pas ou ne l’ai jamais identifié comme tel !

Sans parler de talent, de petites passions m’aident à relaxer et apprécier de bons moments, comme cuisiner (j’aime cette idée de partage) et chanter dans une chorale (j’aime cette idée de chœur). Sur le plan professionnel, enseigner le français à des nouveaux immigrants s’est avéré comme une richesse, on le sait tous, on apprend autant qu’eux !!

 

► Pourquoi, selon toi, le français est-il une force ? 

Au Canada, au Québec, apprendre le français est une évidence dans un pays où le multiculturalisme rime avec langue commune : le français tient sa force et sa richesse dans un pays bilingue. Force, par sa représentation dans le monde et richesse, par cette valeur ajoutée tant au niveau culturel que professionnel, même si les deux sont très liés.

De nouveaux immigrants, des étudiants internationaux viennent au Canada chaque année et comprennent très vite les enjeux du marché de l’emploi dans un pays bilingue. La valeur ajoutée à leurs compétences et qualifications professionnelles est leur capacité à les mettre en œuvre en français. Les Diplômes de français professionnel valident cette compétence linguistique et permettent de pouvoir se positionner réellement sur le marché de l’emploi. J’ai lu dernièrement et on peut réfléchir à cette phrase : Le succès PARle français.

dapibus fringilla Donec sem, venenatis risus ut commodo ante. suscipit consectetur mattis